ma vie d'anxieux

Bonjour à tous,

Pour ceux qui me connaissent par écrit, savent que je raconte souvent des anecdotes, des situations que j’ai pu traverser durant mes longues années anxieuses.

3615malife !

Et j’ai l’habitude d’appeler cela les “3615malife”, encore une expression typiquement inventée par moi car souvent, c’est sous format roman, pas du tout en résumé !

Bon ici, je vais tenter de vous la faire courte quand même !

Pour ceux qui ne le savent pas encore, j’ai souffert durant 30 bonnes années d’anxiété, avec des phases très sévères. Je dirai même de multiples troubles anxieux, car j’en cumulais pas mal !

J’avais extrêmement honte d’en parler, je faisais tout pour le cacher, et pourtant, je n’étais vraiment pas bien à l’extérieur de chez moi.

Dans l’absolu, je n’étais pas bien à l’intérieur non plus, car on pouvait frapper à la porte ou téléphoner…

Bref, tout était une agression.

J’avais 2 principales peurs : L’émétophobie et la Phobie Sociale : mes 2 principaux colocataires !

Autant vous dire que déjà, rien que ces 2 là, j’étais bien emprisonnée. Ils ont dirigé ma vie.

Il n’y avait pas une seconde de mon quotidien qui n’était pas guidée par mes peurs.

Pour tout vous dire, je ne m’en rendais même pas compte !

Achetez le livre
"Anxieux mais heureux"
Accédez à mon programme, directement dans un livre.
Emmenez-le partout avec vous !
Anxieux mais heureux

J’avais peur

J’ai toujours connu la peur, les angoisses, l’anxiété. Aussi loin que je me souvienne, elle a toujours été présente en moi.

C’était devenu une habitude, par moment vivable et par contre à d’autres, j’étais complètement submergée, engluée sous mes peurs et je n’arrivais plus à rien, même ouvrir mes volets étaient une source d’angoisses.

Je me sentais tellement mal, j’avais tellement peur, je ressentais des sensations que j’aurai aimé ne jamais ressentir tellement j’avais de symptômes effrayants, pas un jour sans nausées, maux de ventre, gorge nouée, tremblante… les “joyeusetés” de la vie d’anxieux quoi !

En parallèle de mes sensations corporelles, évidemment, un TGV qui fusaient dans ma tête à plus de 300 à l’heure, sans fin, sans répit, le truc inarrêtable et infatigable, contrairement à moi qui cumulait une fatigue harassante, puisque l’anxiété est un voleur d’énergie sans pareil.

Les pensées automatiques, que des pensées négatives sur le passé ou le futur, n’avaient de cesse de tourner en boucle dans ma tête, c’était infernal !

Au final, j’avais peur de tout, sans jamais réussir à changer mes comportements d’évitements, car je préférais ne pas vivre, que de vivre avec des symptômes horribles.

Heureusement, j’ai vécu des périodes plus faciles, sans trop savoir pourquoi, sûrement que je me forçais ou par obligation, et par contre d’autres, bien plus sombres… en fonction aussi des expériences de vie que j’ai vécu également.

Plus d’informations sur
mes programmes de
Coaching-thérapie à distance

Mais ça, c’était avant

Cela fait 10 ans maintenant que je me suis prise en main, que j’ai choisis d’agir et décider de vivre. Je ne pouvais plus continuer à survivre, la coupe était pleine, ma vie ne me plaisait pas ainsi.

Après 2 bonnes années d’introspection, de pratique quotidienne, assidue, régulière mais surtout où j’en ai bien bavé par moment, avec des phases de réels découragements, j’ai découvert ce que c’était que de vivre, sans tgv dans la tête.

J’ai découvert aussi qu’on pouvait faire les choses, sans se soucier du jugement des autres, sans avoir une boule au ventre 3 semaines avant une sortie  ou encore pas besoin d’annuler car je ne me sentais pas capable : NON, je peux tout faire ! quand je veux, comme je veux.

Voilà 10 ans que je parle de renaissance, ou je devrais dire une “naissance dans la vie”, la vraie, celle que je désire.

Je n’ai rien d’extraordinaire par rapport aux autres, je n’ai rien de plus. J’ai uniquement décidé de vivre et ne plus me faire diriger par mes peurs.

J’ai flippé en prenant cette décision, ça m’a pris 6 mois avant de me lancer vraiment.

J’ai flippé tellement durant mon cheminement vers la sérénité.

J’ai  flippé aussi de ne plus “rien” ressentir en moi, comme s’il me manquait quelque chose en moi (beh oui, je n’avais plus de colocataires !!! lol)

Mais alors, aucun regrets d’avoir ressenti une dernière fois toutes ces peurs, car c’était les dernières fois pour chacune.

Aujourd’hui, je suis fière de dire que je vis.

A votre tour !
Racontez-moi votre vie de personnes anxieuses. Partager vos témoignages permet de se sentir moins seul et compris ! A vos claviers.

A très vite !

Mireille Jennequin
Anxiologue

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.