Bonjour !

Quand on est anxieux, la première peur que l’on ressent, c’est la peur des symptômes que l’angoisse provoque. Tout le monde connait cette sensation désagréable de nœuds dans le ventre ou de palpitations.

Dans le cas des troubles de l’anxiété, il faut vraiment apprendre à se désensibiliser des ces symptômes dont on a peur. Mais pour cela, faut-il encore savoir que ce que nous ressentons est bien un symptôme psychosomatique et non un symptôme annonçant un problème médical réel.

Je vais continuer un peu sur le côté théorique malheureusement, car il n’y a que cela pour vraiment démystifier la crise de panique.

Système nerveux et symptômes

Quand nous percevons une situation comme un danger ou l’anticipons, le cerveau envoie le message au système nerveux, et plus précisément au système nerveux autonome. Ce dernier gère les fonctions automatiques de l’organisme. Le système nerveux autonome se compose de 2 composantes qui sont toujours en relation : le système nerveux parasympathique et le système nerveux sympathique.

Le système nerveux sympathique permet d’avoir nos réactions de survie (fuir ou lutter) alors que le parasympathique permet de rétablir nos réactions à un état normal. C’est notamment le système nerveux sympathique qui libère l’adrénaline. La sécrétion d’adrénaline peut s’interrompre grâce à d’autres substances chimiques ou grâce au système nerveux parasympathique. C’est à ce moment là qu’on ressent un moment de relâchement, l’anxiété diminue, les symptômes se font plus rare, on revient à un état de détente et de relaxation.

Si on comprend cela, on sait donc que cette sensation de mal-être ne peut pas durer indéfiniment. Le corps va toujours, à un moment donné, faire redescendre les symptômes car il en a assez. Le système nerveux parasympathique a cette fonction de protection, un peu comme l’instinct de survie lors d’une stimulation, et il empêche donc le système nerveux sympathique d’atteindre des niveaux dommageables.

Attention, cela ne veut pas dire que les symptômes que vous ressentez ne sont pas effrayant, bien au contraire, ils le sont pour ceux qui les vivent. Mais cela permet de pouvoir relativiser et de se dire que ça ne durera qu’un temps et que le corps fera son travail pour faire « redescendre la pression« .

Il est également important de savoir que l’adrénaline ne disparaît pas du corps directement, il y a toujours des restes dans l’organisme, ce qui fait qu’on peut avoir ce fond d’angoisse en permanence, comme si le corps devait être prêt pour déclencher la réaction de lutte ou de fuite.

J’ai trop de symptômes !

La liste des symptômes peut être longue et n’est pas exhaustive. Chaque symptôme peut varier, par son nombre, sa fréquence ou son type. Et surtout, il faut savoir que l’anxiété tape toujours dans le mille. C’est-à-dire que c’est souvent le symptôme qui vous effraie le plus qui sera le plus présent. Voici quelques symptômes des plus courants et les plus redoutés :système nerveux autonome

– Anticipations, ou pensées négatives, ou ce que j’appelle les « pensées tgv » !
– Palpitations
– Sueurs froides et/ou chaudes
– Vertiges
– Dépersonnalisation
– Déréalisation
– Pensées obsédantes
– Pensées compulsives
– Dépression
– Muscles qui tressautent
– Contractions musculaires
– Douleur au cœur
– Vérification du rythme cardiaque
– Hypocondrie : la peur d’avoir une maladie grave ou mortelle
– Tremblement
– Insomnie
– Vision trouble
– Peau sensible
– Hyperventilation
– Hypertension
– Peur de devenir fou / folle
– Peur de mourir
– Maux de tête / migraines
– Engourdissement
– Douleurs articulaires, maux du dos
– Sentiment de peur généralisée, inquiétude
– Diarrhées ou constipation
– Envie d’uriner
– Gorge nouée
– Acouphènes
– Peur de s’évanouir / perdre connaissance
– Peur de perdre le contrôle
– etc…

La liste pourrait être tellement plus longue. J’ai connu la plupart de ces symptômes et je peux vous assurer qu’on n’en mène pas large quand on les ressent. On a envie d’aller chez le médecin tous les 2 jours pour se rassurer, certains le font malheureusement. Moi j’avais la honte de la phobie sociale qui était plus forte et donc je n’osais pas le déranger aussi souvent ! On peut passer tous les examens existants sur Terre, on ne trouvera jamais rien car ce sont bel et bien des symptômes d’angoisse.

Pour gérer ses symptômes, il faut un vrai travail, long et assidu. Les TCC permettent d’en venir à bout, puisqu’il est possible de s’en débarrasser mais la patience et le temps est notre allié dans ce cheminement. Vous retrouverez régulièrement les différents symptômes dans les articles du blog. D’ailleurs, si vous vous posez des questions sur des sensations que vous ressentez, qu’elles soient dans la liste ci-dessus ou pas, n’hésitez pas à échanger dans les commentaires. Je ferai de mon mieux pour vous rassurer ou vous diriger vers un professionnel.

Gardez bien en tête que ces symptômes ne sont aucunement dangereux, ils sont très désagréables, effrayant mais pas dangereux pour vous. Ce ne sont qu’une réaction physiologique de votre corps face à une situation qu’il croit dangereuse. vous rassurer en répétant cette phrase peut être un début de désensibilisation à vos symptômes.

A bientôt ! 😉

Mireille