Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vais aborder un sujet à « polémique », à savoir la spasmophilie. En effet, on entend souvent dans le langage courant « j’ai fait une crise de spasmophilie ». Oui, ok, et explique-moi, c’est quoi exactement une crise de spasmophilie ??? Parce que à priori, durant mes études de psycho et mes différentes lectures et recherches, je n’en ai jamais entendu parlé…

Explique-moi la spasmophilie

« Mais si tu sais, c’est quand on a beaucoup de symptômes, on a du mal à respirer, des palpitations, des vertiges, etc… » Voila ce que j’ai pu lire des explications qu’on m’en fait. Sauf que si je décryptes bien ces phrases, nous sommes d’accord, pour ceux qui ont lu les articles du blog, on parle là d’une crise de panique, tout simplement.

Souvent d’ailleurs, les personnes disent « j’étais tétanisé ». Pour les personnes qui parlent de spasmophilie, elles associent souvent cela à la tétanie, le fait de ne plus du tout pouvoir bouger. Ce phénomène s’explique simplement et le plus souvent par une hyperventilation durant les crises d’angoisses, qui entraîne une diminution du gaz carbonique dans le sang et donc les membres du corps se raidissent. Le fait de réguler sa respiration permet de retrouver des sensations normales dans le corps et possession de ses mouvements.

Je vais à l’inverse souvent lire « j’ai eu une crise de spasmophilie, je tremblais de tout mon corps »… euh, on m’explique, on est tétanisé ou on tremble ? parce que les 2 pour un même crise me paraissent compliquée à survenir au même moment. Cet exemple montre bien que le mot semble être utilisé comme mot fourre tout, sans vraiment savoir ce que c’est.

La spasmophilie n’existe pas !

Historiquement, le terme de spasmophilie est apparu au début des années 40-50, utilisé par le Professeur Klotz en France et serait un peu utilisé en Belgique également. Ce terme servait à décrire une multitude de symptômes qui n’étaient alors non définis et qu’il voyait chez une multitude de patients. Il parle alors de syndrome et non de maladie à part entière d’ailleurs.
Au Quebec, le terme a été un temps utilisé mais très vite abandonné par les professionnels en faveur du trouble anxieux. Le terme n’est donc plus du tout reconnu outre-Atlantique !

Pendant un moment, certains médecins français ont cru que la spasmophilie était favorisée par certaines carences, notamment en magnésium, calcium et potassium mais cette hypothèse à été réfuté depuis.
Il était également plus favorable de parler de spasmophilie, un syndrome ordinaire plutôt qu’un diagnostic faisant partie des classifications des maladies psychiatriques, car il est plus négatif de parler de maladie.

Aujourd’hui, les psychiatres diagnostiquent ces symptômes comme un trouble anxieux. Et à juste titre, si on liste les symptômes de la crise de spasmophilie, on remarque rapidement qu’ils sont similaires à ceux d’une attaque de panique ou crise de panique. Je vous explique dans d’autres articles quels en sont les symptômes et comment elles se déclenchent.

Si on s’en tient aux livres de classifications médicales, cette « maladie » n’existe pas, que ce soit en France ou à l’internationale. Vous ne trouverez presque aucune trace de spasmophilie, ni dans les recherches scientifiques, ni dans les livres. D’ailleurs, si vous cherchez la traduction de spasmophilie en anglais, vous ne la trouverez pas. Les anglo-saxons parlent plutôt d’hyperventilation durant une attaque de panique.

Existe ou n’existe pas ??

Après lecture de cet article, vous en pensez quoi ? Certes, certains médecins vont encore utiliser le terme car ils ont dû le croiser durant leurs pratiques et qu’ils n’ont pas spécialement de notion sur ce qu’est un trouble anxieux, et encore moins d’une TCC, mais ce n’est pas une raison pour parler de quelque chose qui n’est pas reconnu par ses pairs.

Nous sommes donc bien d’accord que la spasmophilie n’existe pas car non reconnue médicalement parlant et qu’il faut que vous modifiez votre discours en parlant de crise de panique à la place !

D’ailleurs, pour ceux qui me lisent pour la première fois (bienvenue à vous !!), je souhaite vous dire que les crises de paniques et les symptômes horribles qu’on peut vivre ne sont pas une fatalité ! Grâce à la mise en place des techniques apprises durant une TCC (thérapie comportementale et cognitive), vous pouvez surmonter l’anxiété et vivre votre vie sereinement. J’ai pu le faire personnellement, vous pouvez également avec un bon accompagnement.

A très vite !

Mimi